PSG : la fin de l'histoire ?

Être éliminé de la Champions’s League n’a en soi rien d’infamant, quitter cette prestigieuse compétition dès les huitièmes de finale peut arriver même à un grand d’Europe surtout après avoir croisé la route du Barca de Messi, Neymar et consorts. De même, le niveau exceptionnellement relevé de cette compétition fait que des cadors puissent rester de longues années sans parvenir à la remporter. Quant au fait de prendre une terrible raclée, c’est arrivé à d’autres clubs qui se sont relevés dès la semaine ou au pire la saison suivante et cela arrivera à d’autres.

 

Pourtant, il se pourrait que la cuisante humiliation subie au Camp Nou sonne la fin de ce PSG taillé pour être un grand d’Europe. Dans d’autres circonstances perdre 6-1 sur le terrain du Barca n’aurait pu être qu’une déconvenue peu glorieuse, à l’image de celle subie contre la Juventus en 1996, mais dans ce cas de figure, c’est une affreuse, une terrible, déculottée qui laissera des traces. Si Paris avait perdu le match aller sur un score sans appel, par exemple 3-1, obérant de fait tout espoir raisonnable de qualification, une telle défaite n’aurait pas eu la même signification, le monde du foot aurait compris que l’équipe francilienne avait laissé filer ce match sans réel enjeu.

 

Le PSG dans l'histoire...

La raclée désormais historique du 8 mars 2017 se situe dans un tout autre contexte ; pour mémoire il suffisait de ne pas perdre 4-0 ou 6-1 pour se qualifier, autant dire que pour une équipe dotée d’un tel effectif l’objectif ne présentait aucune difficulté. La faillite du PSG fut d’une telle ampleur, avec des joueurs apeurés et tétanisés, une tactique absconse, des leaders inexistants, un encadrement absent et plus grave encore l’absence absolue « d’hommes » durant cette rencontre (hormis peut-être Cavani qui s’est battu comme un beau diable), que le Barca a réussi à retourner une situation plus que compromise sans avoir pourtant été exceptionnel, loin s'en faut. Barcelone entre donc encore un peu plus dans l’histoire du foot, alors que le PSG est désormais la risée de l’Europe pour quelques années.

 

 

Quel avenir maintenant ?

 

Ce n’est pas seulement la Champion’s League qui est perdue ou la saison de Paris qui gâchée, d’autant plus qu’il est loin d’être acquis que le club réussisse à remporter plusieurs trophées, c’est l’ensemble du projet porté par le Qatar qui pourrait être remis en cause. Pensé comme une fusée à plusieurs étages pour emmener le PSG au firmament européen, le rêve vient d’exploser en plein vol. Après plusieurs années de progression, le club de la capitale est revenu au point de départ – exception faite des nombreux titres nationaux accumulés.

 

Il est impératif de reconstruire une nouvelle équipe et pour cela il faudra en premier lieu que le Qatar accepte d’investir à nouveau des montants considérables. L’émir le voudra-t-il après une pareille humiliation qui risque d’être ressentie comme personnelle ? Et même si c’était le cas, quel joueur de tout premier plan acceptera de venir au PSG désormais ? Imagine-t-on Neymar, dont rêvait Paris, signer pour le club que son actuelle équipe vient de ridiculiser ou Ronaldo, lui aussi un tant courtisé, rejoindre une équipe humiliée par le rival de toujours ? Non bien sûr ! Il était déjà difficile pour le PSG de séduire les plus grands joueurs de la planète avant cette catastrophe, ce sera dorénavant mission impossible pendant deux ou trois ans.

 

Fin de cycle ou fin d'une histoire ?

 

Quant à l’effectif actuel, s’il semble acquis que certains joueurs sont en fin de cycle, il pourrait se révéler compliquer de conserver les pépites du club. Verrati, Rabiot, Marquinos, et très vite Draxler, pourraient bien ressentir rapidement l’envie d’aller oublier ailleurs l’affront du Camp Nou. D’autant plus que la fin de saison – et vraisemblablement le début de la prochaine – risque d’être interminable (s), avec une affluence en berne au Parc des Princes, des pancartes moqueuses dans tous les stades visités, des moqueries incessantes, des adversaires décomplexés et sans nul doute des sponsors soudain moins désireux d’accoler leur marque à pareil looser. Quant à l’entraineur, inévitablement critiqué, son discours pourrait bien être totalement inaudible après ce 6-1 et l’inévitable désir d’ailleurs de certains joueurs.

 

Humilié, avec un effectif à reconstruire sans pouvoir de séduction, un entraineur déconsidéré, un propriétaire dont l’engagement doit être actuellement soupesé et une image altérée, le PSG se retrouve à un tournant imprévu de son existence. Si la fin de saison ne parvenait pas à apporter son lot de réconforts, s’il se révélait difficile, voire impossible, de reconstruire rapidement une équipe prometteuse, si de nouvelles perspectives ne se dressaient pas rapidement, il est à craindre que les propriétaires qataris ne décident alors d’arrêter les frais.

 

L’avenir du PSG serait alors plus proche du dépôt de bilan que des grandes joutes européennes…

 

P.S. La déroute du Camp Nou pourrait bien ne pas être seulement négative pour le PSG. Le projet qatari avait permis au championnat français de se repositionner sur la scène européenne grâce à la venue de grands noms dans l’hexagone et les bons résultats de Paris en Champion’s League, permettant aux clubs français d’attirer ou retenir d’excellents joueurs. La disgrâce de Paris et sa possible incapacité à attirer des cadors pourraient bien briser tout net l’attractivité retrouvée du championnat de France. Il est en conséquence impératif que Monaco et Lyon brillent sur la scène européenne pour contrebalancer le fiasco parisien.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Alain (mercredi, 15 mars 2017 15:15)

    Il semblerai qu à Paris, la valeurd un joueur ne se juge qu'au montant de son salaire. Il faudrai envisager d' encadrer ses stars ( voire ses divas) de réels combattants, comme le font toutes les grandes équipes. Cite moi un seul combattant à Paris. Cavani estun avant centre, pas un récupérateur. Le combat est ailleurs. Il serait temps que le recrutement se fasse aussi sur le tempérament.

  • #2

    David (mercredi, 15 mars 2017 17:48)

    Entièrement d'accord avec toi Alain, toutes les grandes équipes se sont construites avec au moins un ou deux guerriers, à la fois gros défenseur(s) et aboyeur(s), capable(s) de rameuter et remotiver les troupes lorsqu'il faut "mettre le pied". Ce genre de profil a cruellement manqué à Paris...

  • #3

    Admin (jeudi, 16 mars 2017 10:16)

    Le match retour entre Monaco et Manchester City est l'illustration parfaite de la nécessité d'avoir de ces guerriers dans un effectif constellé de talents. Des joueurs comme Jemerson, Raggi, Bakayoko ont défendu avec une rage permanente (contagieuse), n'hésitant jamais à expédier le ballon en tribune à la moindre situation chaude ; conséquence lorsque Monaco a mené 3-1 c'est tout l'effectif qui s'est mis à défendre comme des morts de faim, à tel point que l'on a pu voir des artistes comme Bernardo Silva botter en touche comme un stoppeur de district dans les dernières minutes...
    Dans les joutes européennes, les victoires sont aussi à ce prix !

  • #4

    Adrien_PSG (lundi, 20 mars 2017 11:19)

    et si on parlait du scandale de l arbitrage parc"e que sans ca Paris aurait été qualifie et la question se poserai pas !!!???

  • #5

    David (lundi, 20 mars 2017 15:14)

    Il est vrai que l'arbitrage de ce match a été litigieux, mais la vocation de ce papier n'était pas de revenir sur le match ou sur l'ensemble des deux confrontations, mais plutôt sur les conséquences et l'avenir du PSG après cette retentissante élimination, fut-elle en partie due à un arbitrage défectueux.

  • #6

    Tarik (mardi, 21 mars 2017 17:16)

    Le Parc etait plein contre Lyon et a mon avis c'est le plus important que les supporters soient présent et solidaire. sinon je suis d'accord qu il faut 1 ou 2 guerriers dans cette equipe. un arriere et un milieu defensif genre aboyeur, ce que ne sont pas Verrati et Rabiot pour l'instant et encore moins Matuidi plus au niveau cette annee. Mais vous verez que le PSG va survivre et finira par remporter la coupe aux grandes oreilles