Colette Besson, petite fiancée de la France en or

Ah les Jeux Olympiques de 1968 ! Bob Beamon, Dick Fosbury, Tommie Smith et son gant noir, autant d'exploits et de sportifs rentrés dans la légende d'une compétition exceptionnelle...

 

Mais la magie d'une olympiade extraordinaire a aussi comblé de bonheur l'hexagone avec la victoire surprise - et si spectaculaire - dans le 400 mètres de la jolie Colette Besson, surnommée avec à propos "la petite fiancée de la France" par le génial Antoine Blondin.

 

Les Fous du Sport reviennent 48 ans après sur ces 52 secondes de bonheur absolu qui ont enthousiasmé la France du Général de Gaulle !

 

Une victoire inattendue...

 

Personne - et surtout pas les spécialistes - n'espérait une victoire de Colette Besson dans le 400 mètres de Mexico. Il faut dire qu'elle n'était même pas la meilleure française, Monique Noirot s'inscrivant depuis deux ans parmi le top dix de la discipline avec régularité.

 

Sa qualification en finale constituait en réalité une première surprise, d'autant plus qu'elle avait été réalisée avec un des meilleurs temps des qualifiées. De là à espérer une médaille, il y avait un gouffre, quatre ou cinq de ses adversaires affichant des références autrement plus sérieuses, notamment l'Anglaise Lilian Board, grandissime favorite.

 

... mais si belle !

 

Même Colette Besson a semblé surprise, une fois la ligne d'arrivée franchie victorieusement. Si la jeune femme devait sans nul doute espérer pareil dénouement comme tout sportif de haut-niveau, le déroulement de la course l'avait pourtant rendu encore plus imprévisible et avouons-le plus extatique...

 

Car à 150 mètres de l'arrivée - malgré un excellent départ - les espoirs de médaille semblaient si loin ; la Française n'étant alors que cinquième à bonne distance des premières et notamment de Board assez largement détachée. Il fallut attendre les 50 ultimes mètres pour que soudain elle entame une incroyable remontée. Alors que plusieurs de ses adversaires s'effondraient, Besson accélérait encore et encore pour les remonter une par une.

 

A quelques mètres de la ligne d'arrivée il ne reste que l'Anglaise en tête, mais celle-ci est au paroxysme de la douleur alors que la tricolore sprinte tel un Bolt au sommet de son art. L'impensable se produit à un mètre de la ligne ; Colette Besson dépasse sa rivale et s'impose dans le temps de 52 s 03, nouveau record d'Europe ! A cette occasion, la jolie Française de 22 ans a amélioré sa meilleure performance de 1 seconde et huit dixièmes !

 

In love with Colette

 

La France et plus généralement le monde sont sous le charme. Cette fille simple et jolie, d'un gabarit plus modeste que nombre de ses adversaires, déclenche un formidable courant de sympathie. C'est le triomphe d'une athlète qui est un peu la fille d'à côté, sa surprise une fois la ligne d'arrivée franchie et ses larmes d'émotion sur le podium achèvent de séduire un public déjà conquis.

 

Plus exceptionnel encore que sa dernière ligne droite triomphale ayant l'exubérance d'une révolution mexicaine pour reprendre la prose d'un Blondin envouté, le véritable exploit de Colette Besson fut d'avoir réconcilié la France divisée par mai 1968 !

 

La petite fiancée de la France

 

Et puisque l'on parle des "événements" de mai, il est intéressant de noter que notre petite fiancée leur attribue le mérite de son sacre olympique. Alors que la France et ses établissements scolaires étaient en grève, la jeune prof s'était exilée à Font-Romeu, dormant sous la tente, s'entrainant à la dure pour profiter des bienfaits de l'altitude. Une préparation optimale, raison de sa victoire : "c'est ce qui explique ma dernière ligne droite. Les autres ont craqué, elles manquaient d'air" a-t-elle précisé peu après son titre.

 

Dès lors, Colette Besson est de toutes les cérémonies, de toutes les distinctions, de toutes les unes de magazine. Rarement une athlète n'a été aussi populaire, Blondin avait raison, Colette Besson fut la petite fiancée de la France !

 

La magie de 1968

 

A l'instar de certains héros de l'olympiade mexicaine et tout particulièrement de Bob Beamon, l'homme volant, Colette Besson ne retrouvera jamais totalement la perfection de Mexico. Elle termina bien sûr médaille d'argent des championnats d'Europe en 1969 et co-recordwoman mondial du 400 mètres à cette occasion puisqu'elle avait terminé dans le même temps que Nicole Duclos, sa compatriote, avant de s'offrir trois médailles (dont l'or dans sa discipline de prédilection) aux Jeux Méditerranéens de 1971, mais la magie s'était déjà envolée.

 

Il en va ainsi des petites fiancées, leur charme ne dure qu'un temps mais le souvenir qu'elle laisse dans le cœur de leurs amoureux est éternel...

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0