Joe DiMaggio, retraité superstar...

Joe DiMaggio détient sans nul doute un record d'un genre très particulier dans l'histoire du sport : il est vraisemblablement la seule grande star du sport à être devenu - infiniment - plus célèbre après sa retraite que pendant sa carrière !

 

Et pourtant celle-ci fut riche et longue, pendant quinze ans DiMaggio fit le bonheur des New York Yankees avec qui il survola les World Series (la Ligue Américaine de Baseball.) Dès ses débuts en League majeure dans la prestigieuse franchise new-yorkaise à l'âge de 21 ans en 1936, le jeune italo-américain s'imposa comme un des plus grands talents que ce sport ait connu.

 

Jusqu'à sa retraite en 1951 à presque 37 ans, Di Maggio a collectionné les titres avec son équipe et les distinctions à titre personnel. Cet exceptionnel batteur réussit ainsi l'exploit inégalé d'être le seul joueur de baseball à être sélectionné chaque année pour le match des étoiles. Autant dire que durant sa carrière de joueur, DiMaggio fut une icône du sport alors le plus populaire aux États-Unis et une célébrité dans le pays ! Pourtant sa renommée allait devenir planétaire quelques années plus tard...

 

Des débuts fracassants

 

Dès sa première saison en League majeure, Joe DiMaggio s'illustre par sa qualité à la batte, faisant preuve d'une puissance et d'une régularité exceptionnelles. Il contribue ainsi à faire des New York Yankees le club numéro 1 des États-Unis et par extension de la planète.

 

La franchise remporte les World Series en 1936 sans réelle résistance, avant de conserver leur titre en 1937, 1938, 1939. Si son équipe laisse échapper le précieux trophée en 1940, Joe DiMaggio signe une saison exceptionnelle l'année suivante pour offrir à nouveau la victoire aux Yankees. Il réussit l'exploit de signer une série de 56 matches avec au moins un coup sûr, un record qui reste aujourd'hui encore inégalé et peut-être à jamais inégalable. Ses performances lui valent d'être pour la deuxième fois désigné meilleur joueur de la Ligue américaine !

 

Icône et citoyen exemplaire

 

Le palmarès de DiMaggio aurait pu continuer à s'enrichir encore et encore, mais ce fils de Siciliens est aussi un patriote convaincu qui s'enrôle dans l'armée américaine, au sein de l'US Air Force, en 1942. Si à l'instar de nombreuses personnalités engagées sous les drapeaux, il ne fit pas directement partie d'unités combattantes, ses exhibitions devant les G.I.'s allaient néanmoins contribuer à l'effort de guerre et au moral des troupes.

 

Une absence de trois années au faîte de sa carrière qui lui a sans nul doute coûté quelques lignes à son palmarès, mais qui illustre les préoccupations morales et civiques d'un fils d'immigrés, fervent catholique.

 

Retour au sommet

 

Si son retour en 1946, à l'âge de 32 ans, est chaotique, les New York Yankees laissant échapper un trophée qui leur semblait à nouveau promis, DiMaggio s'impose à nouveau comme le meilleur joueur de la planète dès 1947. Non seulement sa franchise remporte la compétition mais il est de nouveau désigné meilleur joueur de la ligue.

 

Malgré le poids des années et les blessures qui s'accumulent, DiMaggio et les Yankees continuent d'engranger les titres en 1949, 1950 et 1951. Au terme de cette ultime saison, le corps perclus de douleurs la star annonce sa retraite après avoir remporté neuf fois les séries mondiales ! Le mythique maillot numéro 5 du droitier est définitivement retiré par des Yankees inconsolables...

 

Une retraite pas si paisible

 

S'il fut une star du sport, DiMaggio n'en est pas moins un homme tranquille qui aspire à une existence calme et une retraite paisible avec la lecture des pages sportives au coin du feu, un bon whisky à la main, comme rêve absolu.

 

Des perspectives qui furent irrémédiablement remises en cause à la suite de la rencontre avec une star encore plus célèbre que lui : l'incomparable Marilyn Monroe !

 

Entre le taiseux Sicilien et l'incendiaire blonde platine, le coup de foudre fut pourtant sincère et les premières semaines d'un mariage sous les flashs en 1954 heureuses. La planète se passionne alors pour l'idylle entre les deux étoiles ; après être retombé dans le relatif anonymat des anciennes gloires du sport, DiMaggio se retrouve propulsé au rang de star planétaire

 

Sa notoriété dépasse désormais le monde du sport et les frontières de l'Amérique.

 

DiMaggio, le mari de...

 

Homme tranquille et d'apparence sereine, l'ancien joueur de baseball n'en était pas moins doté d'un ego surdimensionné. Très vite, l'immense notoriété de sa belle épouse devient irritante pour l'ex star, dont la jalousie croit progressivement au fur et à mesure que la sienne diminue

 

Jalousie envers la célébrité de son épouse qui le relègue au rang de simple mari pour les tabloïds, mais aussi jalousie sentimentale, Marilyn la sulfureuse étant devenue le sex-symbol dont rêve toute l'Amérique.

 

Voir Marylin dévoiler ses charmes les plus secrets devant des centaines de personnes par la grâce d'une grille de métro lors du tournage de Sept ans de réflexion constitue une ultime humiliation pour ce puritain et une dispute de trop pour le couple qui se sépare après onze mois de mariage.

 

Après avoir connu une dernière fois - et avec quelle intensité - les "joies" de la célébrité, Joe DiMaggio s'en retourne alors à sa paisible retraite et un progressif oubli, Marylin voguant pour sa part vers son funeste destin. Malgré la déception d'une union impossible trop vite brisée, DiMaggio, l'homme rigide et austère, restera jusqu'à une nuit d'août 1962, le plus proche et le plus fidèle ami de l'icône. De tous les exploits du champion, ce ne fut assurément pas le moindre...

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0