Cerdan, l'immortel bombardier marocain

Le 28 octobre 1949, 40 millions de Français sont en larmes, effondrés après le pire drame national connu par le pays depuis les années sombres de la seconde guerre mondiale : le Constellation d'Air France Paris-New York s'est écrasé sur l'archipel des Acores avec à son bord  48 passagers dont la célèbre violoniste Ginette Neveu et surtout l'homme qui a redonné sa fierté à toute une nation, Marcel Cerdan !

 

Né en 1916 en Algérie (française), le fils d'un charcutier installé au Maroc est devenu au fil des années et de combats généralement remportés par d'expéditifs KO le Bombardier Marocain et la terreur des boxeurs américains, avant de devenir l'image du romantisme à la française par la grâce d'une liaison passionnée avec une autre icône tricolore, Édith Piaf.

 

L'homme aux poings de fer

 

Depuis son premier combat dans le bar familial à l'âge de huit ans, Marcel Cerdan a accumulé les victoires, devenant professionnel à l'âge de 16 ans tout en s'engageant dans la Légion étrangère.

 

Sa trajectoire est fulgurante, il enchaîne les victoires, assénant de terribles KO à ses rivaux, expédiant certains d'entre eux directement à l'hôpital. A 22 ans, en 1938, Cerdan est Champion de France, l'année suivante il est Champion d'Europe quelques jours avant que la guerre ne ravage le vieux continent.

 

Quelle carrière eut été la sienne sans la parenthèse ensanglantée de 39-45 ? Bien sûr, il continua à combattre, soit au Maroc, soit à Paris où il signa une de ses victoires les plus rapides, infligeant un KO et plusieurs jours de coma à Gustave Humery après 22 secondes de combat... Mais le destin de Cerdan était mondial et pour cela il lui fallut attendre la fin des hostilités.

Du foot et un titre mondial

 

Entre deux combats, Marcel Cerdan joue au foot avec un réel talent puisqu'il évolue en première division marocaine à l'USM Casablanca et se voit même sélectionné par l'équipe nationale marocaine.

 

Mais il attend surtout son heure, accumulant les titres de Champion de France et à l'occasion d'Europe encore sous la botte nazie. Alors que l'armistice n'est célébré que depuis quelques jours, le 13 mai 1945 il envoie au tapis Jean Despeaux, Champion Olympique des Moyens. La France tient son héros, celui qui va lui permettre d'oublier six années de souffrances, d'outrages et d'humiliations.

 

Cerdan l'Américain

 

Même libérée, l'Europe est désormais trop petite pour le Bombardier de Casablanca, Cerdan s'envole pour le pays de la boxe, les États-Unis, et défie tous ceux qui osent l'affronter. Ce sont onze boxeurs que le Français rencontre et domine implacablement avant de se voir opposé au Champion du Monde en titre, Tony Zale en 1948.

 

Le mythique tombeur de Rocky Graziano, est un adversaire redoutable, aussi puissant que fin technicien. Et pourtant ! Onze rounds durant, Marcel Cerdan va faire vivre un calvaire à l'Américain, broyé, laminé, détruit, saoulé de coups, celui-ci finira par rester dans son coin à l'appel de la 12e reprise.

 

Marcel Cerdan est Champion du Monde des poids-moyens, un titre prestigieux n'ayant pas échappé à un boxeur américain depuis un demi-siècle ! 

 

L'idole d'une nation

 

A son retour en France, c'est l'hystérie !  Les scènes vues quatre ans plus tôt sont rejouées. Des centaines de milliers de Parisiens se pressent sur les Champs-Élysées pour tenter d'apercevoir l'homme qui a redonné sa fierté au pays alors qu'ils sont des millions, l'oreille collée à la TSF, à écouter les commentateurs s'extasier sur le cortège. 

 

Cerdan est désormais une idole, tout Paris est à ses pieds. Il est de toutes les cérémonies, de toutes les fêtes, personne ne lui résiste et surtout pas Édith Piaf. 

 

Entre les deux, le coup de foudre est immédiat et la passion absolue. Certes, l'homme est marié, mais il émane alors du frêle oiseau un charme qui ensorcèle le boxeur. Marcel Cerdan est champion du monde, il est adulé par toute une nation, craint par les meilleurs boxeurs de la planète et éperdument amoureux.

 

La Motta, un simple accident

 

Même la défaite contre Jake La Motta ne vient pas ternir le bonheur de Cerdan et encore moins la vénération que lui voue la France.

 

Car Cerdan et le pays savent que l'échec du boxeur est seulement dû à une blessure à l'épaule survenue lors du 1er round. Sachant que "l'homme aux poings d'argile" (son surnom après qu'un film eut été réalisé à sa gloire) a tenu 11 rounds durant avec un seul bras, il est facile d'imaginer que l'issue aurait été tout autre en pleine possession de ses moyens.

 

La Motta ne s'y est pas trompé, alors qu'une revanche est prévue à l'été 1949 au Madison Square Garden il déclare forfait en prétextant une blessure à l'épaule quatre jours avant le combat. La future star de Raging Bull a en effet envoyé son coach espionner l'entrainement du Français et les échos recueillis l'ont conforté dans sa volonté d'éviter la revanche.

 

Qu'importe, celle-ci est reportée au 2 décembre 1949 et Cerdan a bien décidé d'être encore plus fort à cette date...

 

Tragique Constellation

 

Après quelques semaines dans l'hexagone durant lesquelles ses matchs-exhibitions auront fait le bonheur de milliers de spectateurs, Marcel Cerdan prévoit de s'embarquer sur un bateau pour l'Amérique afin de reprendre sa préparation pour le combat contre La Motta et retrouver Édith Piaf.

 

La passion est intacte et elle l'incite à prendre l'avion pour rejoindre sa bien-aimée au plus vite. Le vol est complet, mais sa célébrité lui ouvre toutes les portes ; un couple en voyage de noces laisse ses places à l'idole et ses deux entraineurs.

 

Le Constellation BAZB d'Air France ne verra jamais New York, il terminera son funeste vol sur le Pico de Vara des Acores dans la nuit du 27 au 28 octobre 1949, sans le moindre survivant.

 

La France a perdu l'homme qui lui avait donné sa fierté, le Maroc son Bombardier. Fauché à 33 ans, Marcel Cerdan est pourtant éternel, symbole du rêve américain d'un vieux pays renaissant. Quant à Édith Piaf, c'est l'amour fou d'une vie qui a disparu une nuit d'automne sur le pic volcanique d'une île désertique.

Écrire commentaire

Commentaires : 0