Des Bronzés aux Experts, itinéraire de la meilleure équipe de l'histoire

C'est l'histoire d'un groupe qui a touché le fond en 1985 en étant rejeté au niveau de la troisième division mondiale dans l'indifférence absolue, avant de devenir quelques années plus tard la plus grande équipe de l'histoire des sports collectifs.

 

La descente de l'équipe de France en Division C après un Mondial B pathétiquement raté ne fait pas les gros titres de journaux ; la nomination de Daniel Constantini à la tête de la sélection nationale s'effectue là aussi dans une totale indifférence. Il faut dire que le handball n'a jamais passionné les Français, qui à leur décharge n'ont jamais eu l'occasion de s'enthousiasmer pour leur équipe.

 

La naissance d'une légende

 

Dans l'anonymat, Constantini se met au travail, il impose aux joueurs sélectionnés d'intenses séances de travail qui portent lentement leur fruit. Il réussit à ramener la France dans le groupe A en 1990 et dans la foulée à qualifier la sélection pour les Jeux Olympiques de Barcelone de 1992, un exploit qui semblait inespéré quelques années plus tôt !

 

Avec l'éclosion d'un diamant brut - Jackson Richarsdon - et une équipe de fous furieux, capables du pire (perdre contre des nations très faibles) et du meilleur (gagner contre l'ultra-favorite Espagne), Constantin emmène ses troupes jusqu'à la 3e place. Médaille de bronze pour ce groupe à l'esprit commando, qui gagne le surnom des bronzés pour sa fantaisie et aussi une absolue confiance en ses (supposés) faibles moyens qui n'est pas sans rappeler un certain Jean-Claude Duss.

 

Les Bronzés deviennent les Barjots

 

Dès l'année suivante, la France se présente aux Championnats du Monde en Suède en outsider. Elle échoue en finale contre la Russie après un magnifique parcours, mais confirme avec cette deuxième place son arrivée au plus haut-niveau.

 

Elle détonne aussi dans le monde policé du handball avec des joueurs capables de se teindre en blond avant une demi-finale ou de célébrer leurs victoires jusqu'au bout de la nuit. Les Barjots sont nés !

 

En 1995, l'équipe, emmenée par un grand Richardson devenu le meilleur joueur de la planète, mais aussi des gaillards comme Philippe Gardent, Frédéric Volle ou Denis Lathoud, remporte le titre mondial en Islande après un tournoi superbe. Pour la première fois de son histoire, la France s'offre un titre mondial dans un sport collectif.

 

La terrible déception ressentie suite à la 4e place des Barjots aux Jeux Olympiques de 1996 illustrera les nouvelles attentes de tout un peuple, alors qu'une décennie plus tôt les bleus n'évoluaient qu'en troisième division mondiale.

 

Les Costauds remplacent les Barjots.

 

Avec le départ de plusieurs cadres, l'équipe connait un relatif passage à vide (avec une médaille de bronze aux mondiaux en 1997 tout de même), jusqu'aux Championnats du monde 2001 organisés en France.

 

A Paris, l'équipe de Constantini réalise une compétition exceptionnelle, renversant des situations improbables avant de livrer une finale irrespirable contre la Suède. Jérôme Fernandez, Didier Dinart, Daniel Narcisse, Guillaume Gille, Greg Anquetil ou encore Thierry Omeyer, les jeunes pousses, font preuve d'une force de caractère exceptionnelle pour s'imposer. On ne le sait pas encore, mais les Costauds sont en train de naître.

 

Onesta à la place de Constantini, c'est du costaud !

 

Double champion du monde, Constantini peut tirer sa révérence sereinement après avoir sorti l'équipe de France des limbes pour l'amener au sommet de la hiérarchie mondiale.

 

Les amateurs de hand sont légitimement inquiets, voir un tel entraineur quitter ses fonctions peut laisser planer quelques doutes sur la continuité de l'équipe. Les incertitudes sont rapidement levées avec deux nouvelles médailles de bronze aux mondiaux 2003 et 2005. Malgré la retraite de Jackson Richardson, la France remporte en 2006 son premier titre de champion d'Europe. Les hommes changent, mais les résultats restent, les costauds de Daniel Onesta sont vraiment forts et enchaînent avec une nouvelle médaille de bronze aux Europe 2008.

 

Et le plus beau reste à venir avec les Experts...

 

La consécration ultime intervient à Pekin avec une magnifique victoire lors d'une compétition qui a vu la France battre les meilleures nations mondiales avec un groupe exceptionnel emmené par un jeune prodige qui a terminé meilleur buteur du tournoi : Nikola Kabaratic !

 

Dès lors, le groupe qui a gagné un nouveau et mérité surnom "Les Experts" devient intouchable. les victoires s'enchaînent : champion du monde en 2009, d'Europe en 2010, du monde en 2011 ! Chaque année la France se hisse sur le toit du monde (ou d'Europe). L'apothéose survient en 2012 avec un nouveau titre olympique conquis à Londres au terme d'un parcours marqué par des victoires à l'arrachée contre l'Espagne et enfin la Suède en finale. Des rencontres durant lesquelles les Bleus ont fait preuve d'une force de caractère exceptionnelle.

 

 

Personne n'arrête les français

 

Ce groupe a atteint une sérénité absolue ; alors que les interventions de Constantini étaient à l'image du Méridional, passionnées, orageuses, volcaniques parfois, il arrive que durant les temps-morts Onesta ne prononce pas un mot tant son équipe d'experts sait ce qu'elle à faire.

 

Malgré un ou deux faux pas, les titres succèdent aux victoires : Champion d'Europe 2014 et enfin Champion du monde 2015.

 

Le palmarès des Français est éloquent, en 20 ans ont été conquis deux médailles d'or aux Jeux olympiques, cinq titres de champion du monde, trois de champions d'Europe et une kyrielle de médailles. Personne n'a jamais fait aussi bien !

 

Les hommes ont changé au fil des années, mais le talent et l'esprit sont restés. Aucune équipe n'a dominé une discipline collective avec autant de suprématie, ni les Blacks au rugby, ni les Brésiliens au foot, seuls peut-être les Américains dans le basket exercent une telle domination. Mais le gigantisme des États-Unis et l'importance du basket au sein du pays lui permettent d'évoluer dans une autre dimension.

 

Bronzés, Barjots, Costauds ou Experts, les Français règnent sur le toit du monde depuis deux décennies et il se pourrait bien que ce ne soit pas fini...

 

EDIT : Et non, ce n'était pas fini avec un sixième titre mondial conquis en France en janvier 2016 ! Magique ! Que dire d'autre ?

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0