Les pieds nickelés s'essaient au pentathlon

Rome 1960, pour la première fois la Tunisie participe aux Jeux Olympiques, à l'instar de plusieurs pays africains récemment libérés du colonialisme.

 

L'occasion pour ces pays de s'illustrer sur la scène internationale en bénéficiant de la formidable vitrine offerte par cet événement planétaire. Bourguiba, au pouvoir depuis trois ans, a vu les choses en grand ; pour répondre à sa volonté de grandeur, la Tunisie envoie dans le ville éternelle une importante délégation, composée de 43 athlètes.


Pour un petit pays tout juste indépendant, la maxime de Coubertin sur l'importance de participer prend tout son sens, avec une difficulté évidente à lutter contre les grandes nations de l'Olympisme.


Une équipe en pentathlon ?


La décision d'envoyer trois compétiteurs concourir en pentathlon moderne a néanmoins de quoi interpeler ! Discipline particulièrement élitiste, le pentathlon moderne comprend cinq épreuves aussi différentes les unes que les autres : équitation avec un parcours d'obstacle, tir au pistolet, escrime avec l'épée, natation et course à pied avec un cross d'environ 3 000 mètres.


Autant dire qu'elle s'adresse à des spécialistes extrêmement bien entrainés et que l'improvisation n'y a pas sa place. Pourtant l'équipe tunisienne  va s'illustrer à sa manière !


Tout commence mal en équitation, discipline durant laquelle les trois compétiteurs vont tomber et se révéler incapables de terminer le parcours. Les choses ne se déroulent pas de meilleure manière dans l'épreuve de tir, le trio est exclu de l'épreuve, l'imprécision de leurs tirs mettant en danger la vie des juges.



De mal en pis...


Les choses empirent en escrime. Un seul des trois athlètes sait manier l'épée, il tente donc de faire trois passages, pour lui et pour ses deux camarades, espérant que le masque obligatoire lui permette de confondre le jury, qui ne manque pourtant pas de rapidement déceler l'imposture et exclure les trois athlètes. 


En natation, l'un des trois doit être secouru après avoir failli se noyer... Heureusement, prélude à une tradition naissante en demi-fond, le trio effectue des prestations tout à fait correctes en cross country.


Inévitablement le classement final illustrera les performances des Tunisiens avec une 17e et dernière place au classement par équipe, alors que Ladkar Bouzid finira 56e (avec 2 356 points), Habib Azzabi (57e avec 1 678 points) et Ahmed Ennachi 58e et dernier (avec 1 185 points).


Les Fous du Sport ont plutôt l'habitude de célébrer les performances des sportifs que de moquer leurs échecs - encore qu'à un tel niveau cela confère à l'exploit, la vraie question est donc de savoir qu'est-ce qui a pu pousser la Tunisie à envoyer trois athlètes participer à une compétition aussi exigeante sans préparation adéquate ?


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    AUROOOOORE DEVANT AURORE (lundi, 30 janvier 2017 09:37)

    Hyper drôle !!!!!