Les sports étranges des premiers JO de l'ère moderne

A l’initiative du Baron Pierre de Coubertin, les premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne se déroulent à Athènes en 1896. Les Fous du Sport se sont livrés à un petit travail de recherche pour découvrir les épreuves les plus surprenantes des premières éditions…

 

Athènes, 1896.

 

Étrangement, la première olympiade est assez classique. Il s’agissait en fait de retrouver l’esprit des jeux antiques avec une majorité d’épreuves disputées à l’origine.

 

On signalera quelques originalités en haltérophilie :

. en cas d’égalité entre deux athlètes, une note de style est utilisée pour les départager

. l’épreuve de jeter à un bras

 

En natation, les compétitions se déroulent en mer par une température (les Jeux se déroulent en avril) approchant les 13°… Une épreuve est réservée aux marins !

 

A noter que ces Jeux seront exclusivement masculins, les femmes ne feront leur apparition que quatre ans plus tard (et seulement dans quelques épreuves : tennis, voile, croquet, équitation, golf).


1900, Paris

 

Première apparition du tir à la corde, appelée lutte à la corde. C’est une équipe mixte qui l’emporte (une autre caractéristique surprenante de ces premières olympiades, les équipes mixtes étant composées de représentants de différentes nations). Principe simple, une corde, cinq équipiers et l’équipe qui a tiré le plus fort l’emporte…

 

Le programme de l’athlétisme s’étoffe avec l’introduction des sauts en hauteur, en longueur et du triple saut, le tout sans élan.

 

Deux belles compétitions en natation courue dans la Seine: la natation sous-marine (le but étant de parcourir la plus longue distance) et le 200 mètres avec obstacle (les concurrents doivent passer sur et sous des barques).

 

Du croquet pour la première (et dernière) fois. Dommage pour la France qui remporta trois médailles.

 

Apparition du tandem en cyclisme

 

Pelote basque pour sa seule apparition aux JO

 

Polo avec cinq équipes au départ

 

Une épreuve de tir aux pigeons vivants est organisée, le vainqueur, le Belge Léon de Lunden, l'emporte avec 19 volatiles abattus (au total ce furent près de 300 pigeons qui furent criblés de plomb) ! Trois compétitions... d'arbalète aussi.

 

1904, Saint-Louis

 

La lutte à la corde fait sa deuxième apparition. Une discipline essentielle, disputée uniquement par trois équipes américaines.

 

La crosse, un sport amérindien, sorte de hockey sur gazon qui se joue à dix contre dix avec une crosse terminée par un filet dans lequel on peut porter une balle.

 

Le Roque, une variante du croquet ! Franc succès pour cette compétition passionnante ayant attiré… trois joueurs ! Malheureusement pour ses (rares) adeptes, le roque disparaîtra dès l’olympiade suivante.

 

Le bâton. Parmi les différentes disciplines de l’escrime, une est dédiée au bâton. C’est un Cubain qui l’emporte.

 

Le plongeon en longueur. Seule apparition aux JO pour cette épreuve au déroulement abscons. Le vainqueur l’a emporté avec une longueur de 19 mètres.

 

L’haltérophilie à un bras !  

 

1908, Londres

 

Deuxième édition pour la Crosse, disputée par deux équipes seulement ! Le CIO décide de sonner la fin de la plaisanterie.

 

Le tir à la corde est remporté par l’équipe de la police de Londres.

 

Le jeu de paume fait sa seule et unique incursion dans le programme, destin identique pour le jeu de raquettes (à ne pas confondre avec le tennis).

 

Plus de tir aux pigeons vivants, mais 16 épreuves de tir ! Triste prélude préparatif à la Grande Guerre…

 

Trois épreuves de motonautisme furent organisées. Il semblerait que les bateaux utilisés n’étaient pas au point, à chaque fois une seule embarcation réussit à franchir la ligne d’arrivée. Fin des sports motorisés aux JO.

 

En athlétisme, les trois disciplines de saut sans élan sont maintenues, alors qu’est introduit le relais olympique (5 athlètes, un témoin, 500m, 400m, 300m, 200m, 100m).

 

1912, Stockholm

 

Un record, celui du combat de lutte le plus long de l’histoire : 11 heures ! Le Russe Martin Klein, vainqueur de cette demi-finale épique déclarera forfait pour la finale. Les limites de temps ne seront introduites qu’en 1924. A noter les 9 heures de combat en finale des lourds-légers et l’avarice des organisateurs qui donnèrent une médaille d’argent aux deux lutteurs déclarés ex-æquo.

 

 

Après l’épreuve de tir aux pigeons, trois compétitions de tir au cerf courant sont programmées (pourquoi pas de rennes en Suède ?). La rédaction des Fous du Sport est navrée de ne pouvoir vous communiquer plus d’infos sur cette discipline…

 

L’indispensable tir à la corde est toujours là.

 

En athlétisme, le triple saut sans élan disparaît (mais pas la hauteur et la longueur) alors que sont introduits les lancers, du poids, du javelot et du disque, à deux mains.


 

1920, Anvers

 

Dernière compétition de tir à la corde.

 

Première et dernière apparition de la voltige en équitation, une discipline existant toujours (notamment dans les cirques) consistant à faire des figures sur un cheval.

 

Retour de l’élitiste polo

 

En tir à l’arc, des épreuves de tir aux petits mais aussi aux grands oiseaux (ce qui est sûrement plus facile) furent programmées. Des compétitions de tir aux berceaux (que l’on espère vides) aussi…

 

Le programme de l’athlétisme se rapproche de celui des JO contemporains ; on citera néanmoins l’épreuve de lancer du poids de 24,5 kilos ! Le vainqueur a réussi à lancer l’objet à plus de 11 mètres !

 

Enfin, le Korfbal (en sport de démonstration), un cousin du basket joué avec un ballon de foot par équipe de huit (mixte).

 

1924, Paris

 

Conséquence de l’uniformisation du monde, les disciplines originales se font de plus en plus rares. Les JO de Paris seront d’ailleurs les derniers à proposer quelques compétions exotiques.

 

Heureusement deux belles disciplines sont introduites en gymnastique : le saut de côté et la montée à la corde.

 

Le tir sur cerf courant existe toujours (il semblerait qu’il ne s’agisse plus d’animaux vivants).

 

Avant-dernière apparition du polo

 

On peut néanmoins trouver quelques épreuves intéressantes du côté des sports de démonstration : le canoë canadien, la savate, la canne de combat et à nouveau la pelote basque.

 

 

Des activités sportives représentatives d'une époque, mais aussi d'une période où les sports en étaient à leurs balbutiements, expliquant ainsi certaines originalités. D'un autre coté, lorsque dans un siècle nos arrières petits enfants regarderont le programme des Jeux Olympiques actuels, peut-être éprouveront-ils quelques surprises...

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Pierrot (mardi, 26 mai 2015 17:55)

    Ils tiraient vraiment sur des cerfs vivants ?

  • #2

    Admin (mardi, 26 mai 2015 18:05)

    Il semblerait que non... C'était visiblement sur des cerfs en bois ou métal sur lesquels étaient fixés une cible. Cerfs et cibles se déplaçant sur une sorte de rail à une vitesse (inconnue).