Lorsque Bolt devint l'homme-éclair

Rarement un champion n'a autant semblé programmé pour dominer une discipline qu'Usain Bolt ! Le géant jamaïcain (1m96) aux proportions de statue grecque (95kgs) a survolé le sprint dès ses jeunes années avant de faire jeu égal avec les meilleurs mondiaux à seulement 19 ans.

 

Trustant tous les titres dans le sprint du 100 au 400 mètres après quelques mois d'entrainement dès l'âge de 15 et 16 ans, il bat progressivement records sur records, laissant ses adversaires  - généralement plus âgés d'une ou deux années - à plusieurs mètres. A 16 ans il court le 200 mètres en 20s13 ! Lancé dans le grand bain à seulement 19 ans, Bolt se frotte aux meilleurs et rivalise d'ores et déjà avec les cadors américains.

 

Alors que de fortes suspicions entachent l'élite du sprint mondial, avec des athlètes aux progressions chronométriques étranges et à la musculature exagérément développée, Bolt affiche un linéarité remarquable et un parcours sans tâches. Une constance d'autant plus impressionnante que ses compatriotes sont parmi les premiers à être régulièrement impliqués dans de tristes affaires de dopage...

 

Il faut dire que Bolt est né pour courir, né pour sprinter ! Avec une foulée atteignant les 2,70 mètres, il dépasse les 44 kms/h sur quelques dizaines de mètres avec un rapport poids/puissance qui ne trouve d'équivalent que chez le guépard, alors que derrière ses concurrents semblent bien à mal de déplacer leurs lourdes épaules et leurs bras hypertrophiés... De formidables facultés naturelles, couplées à une technique irréprochable façonnée des heures durant par un coach aussi tyrannique que dévoué. Des qualités auxquelles s'associent une volonté inflexible de devenir une légende qui vont faire de lui le plus grand sprinter de l'histoire.

 

Deux années pour devenir le plus grand !

 

A 22 ans, le Jamaïcain est prêt pour devenir champion olympique lors des Jeux de Pékin en 2008. Alors qu'il vient de battre le record du monde du cent mètres en 9s72, la question est simplement de savoir s'il réussira à gagner les trois titres visés (100m, 200m, relais 4X100m) et quels chronos réalisera-t-il ?

 

Dès les premières courses c'est une évidence, il est seul au monde ! Il court les qualifs du 100m en trottinant, termine en marchant avec des mètres d'avance sur ses adversaires, les bras levés et le sourire aux lèvres. Il se hisse en finale de la discipline reine du sprint avec des temps de 9s92 en quarts et 9s85 en demis, à chaque fois en ralentissant totalement sa course à plus de dix mètres de l'arrivée.

 

La finale est une apothéose ! Malgré un départ hésitant comme toujours, il dépose ses adversaires aux trente mètres, creusant un écart irrémédiable pour franchir la ligne les bras écartés en déroulant... en 9s69. Richard Thompson (9s89) et Walter Dix (9s92) sont à des années-lumières malgré une course poursuivie jusqu'aux derniers centièmes. C'est la stupeur dans le stade, tout d'abord devant l'aisance (et la beauté) de sa victoire, mais plus encore en revoyant les images en se demandant alors quel temps d'extra-terrestre le géant aurait pu réaliser sans interrompre son effort si loin de la ligne d'arrivée...

 

Les premiers éléments de réponse surviendront avec le 200 mètres - qui est sa discipline de prédilection. Une fois encore, les courses de qualification sont une promenade ; il termine sa demi-finale quasiment en marchant ! Lors du 200, il prend un départ très correct, rattrapant et laissant sur place Kim Collins, littéralement planté, en quelques mètres. Au sortir du virage, Bolt est seul au monde et continue d'accroitre son avance. Contrairement à la finale du 100 mètres, il poursuit son effort jusqu'à la ligne qu'il franchit cette fois en cassant le buste, laissant Shawn Crawford et Walter Dix à une demi-douzaine de mètres ! Il faut dire que quelques années plus tôt Michael Johnson avait mis la barre très haut avec un temps ahurissant de 19s32. La locomotive de Waco est néanmoins effacée des tablettes, l'éclair ayant réalisé un incroyable 19s30 (avec un vent pourtant défavorable de 0,9m/s) !

 

Deux jours plus tard, Usain Bolt réalise le triplé en remportant le relais 4x100m avec la Jamaïque, signant au passage un troisième record du monde (37s10 au lieu de 37s40).

 

Peut-il faire mieux ?

 

C'est la question qui hante désormais tous les passionnés de sport ! Même si les commentateurs sportifs tentent de préserver un peu de suspense en rappelant la noble incertitude du sport et une (superficielle) blessure à la jambe en avril, Bolt a déjà convoqué la foudre en début de saison, affolant les chronos des courses de préparation et battant au passage l'officieux record du 150m.

 

En août 2009, les meilleurs sont tous présents aux Championnats du Monde d'Athlétisme de Berlin, mais le monde a les yeux braqués sur Bolt en se demandant s'il est capable de battre ses records ?

 

Le 100 mètres n'est toutefois pas gagné d'avance, l'Américain Tyson Gay constitue un redoutable adversaire qui a couru la distance en 9s77 quelques semaines plus tôt. Les deux hommes ont contrôlé les demis pour se qualifier en 9s89 (Bolt) et 9s93 (Gay). Le décor d'une course-éclair est planté !

 

Exceptionnellement Bolt prend un bon départ, il est au coude à coude avec son rival pendant quelques mètres avant de se détacher inexorablement. Le prodige franchit la ligne avec plusieurs mètres d'avance dans le temps totalement insensé de 9s58 ! Bien évidemment jamais un homme n'est allé aussi vite (près de 45Km/h entre les 60 et 80 mètres) et l'on se demande déjà si un jour un être humain pourra battre une telle performance. Tyson Gay a pourtant réalisé une course parfaite (9s71 - troisième meilleure performance de l'histoire) alors qu'ils sont sept à avoir couru en 10 secondes ou moins !

 

Quatre jours plus tard, la planète entière est devant son téléviseur impatiente de voir quel exploit la foudre va inventer pour le 200 mètres. Il n'est plus question de savoir qui va l'emporter, Bolt est définitivement dans une autre dimension, mais dans quelles proportions va-t-il abaisser son record du monde. Avec une marque plus rapide de seulement deux centièmes par rapport au temps de Johnson, il est impensable que le Jamaïcain ne veuille pas exploser sa performance pour être seul au monde.

 

Contrairement au cent mètres, il n'y aura pas de course... Bolt a couru plus vite que l'éclair en 19s19, pulvérisant de 11 centièmes son précédent record du monde (même progression que pour le cent), laissant ses malheureux adversaires (Edward et Spearmon à plus de six dixièmes, soit près de sept mètres) ! Un écart tel que lorsque le champion a franchi la ligne les caméras ne filmaient que lui.

 

Dans la foulée, Usain et ses coéquipiers remportent le relais 4x100 mètres - sans record - cette fois.

 

Deux années pour un règne absolu

 

En deux étés exceptionnels, Usain Bolt est devenu plus qu'un athlète, une légende. Les records qu'il a établis en 2008 et 2009 seront peut-être un jour battus, par lui (qui s'en est approché plusieurs fois sans parvenir pourtant à reproduire des courses aussi parfaites), ou par un autre, car tel est le devenir des meilleurs marques planétaires. Il faudra pour cela un athlète extraordinaire, peut-être stimulé par une adversité de très haut-niveau, et sans nul doute quelques avancées techniques (concernant la piste, les chaussures ou les techniques d'entrainement). Aujourd'hui nul homme n'est capable de battre de telles performances ou tout simplement de s'en approcher.

 

Nul athlète sans aucun doute, mais l'homme-éclair n'a pas terminé sa carrière. A 29 ans, il cherche de nouveaux challenges en attendant les jeux de Rio en 2016, on parle du 400 mètres, de saut en longueur et bien sûr d'étoffer encore un palmarès déjà extraordinaire (voir ci-dessous). Alors pourquoi pas un dernier été de rêve pour Lightning Bolt avec de nouveaux records ?

 

EDIT : Ce sont désormais neuf titres olympiques qui pendent au cou du Jamaïcain après ses nouvelles victoires dans le 100 mètres, le 200 mètres et le relais 4X100 à Rio...

 

Le palmarès d'Usain Bolt :

 

Neuf titres olympiques
Onze titres de champion du monde (et deux médailles d'argent en 2007)

Jeux du Commonwealth
Ligue de Diamant
Finale mondiale de l'athlétisme
Champion du monde junior en 2002 (et deux médailles d'argent)

Record du monde du 100m en 9s58
Record du monde du 200m en 19s19
                                                                                                                          Record du monde du 4x100 en 37s10
Record du monde du 150m (meilleure performance mondiale) en 14s35

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    HUTCH ... (vendredi, 03 avril 2015 12:13)

    L'on ne peut qu'être admiratif, stupéfait devant de telles performances et cette formidable prédisposition pourtant quelque peu atypique quant au physique de ce géant ...
    Né pour dominer.
    Dès sa première apparition devant les télévisions du monde entier, je me souviens avoir été totalement subjugué par cette allure de dieu du stade aux parfaites proportions ...
    Et si nous nous rendions compte, plus tard comme souvent, qu'aucun artifice n'est venu souffler dans les voiles de cet extraterrestre ?
    Et si la nature était capable de doter certaines morphologies de tant d'harmonie musculaire ?
    De quoi se poser mille questions quant à l'évolution de l'homme et de ce que la nature est capable de faire éclore ?
    Une merveille de naturelle technologie ...
    Merci en tout cas de raviver en chacun de nous certaines des plus grandes émotions face à tant d'esthétisme, d'aisance et coordination dans chaque mouvement.
    L'homme est peut - être après tout un animal sans limite ...
    Et vive les fous du sport ...